Cécile Bart à Thiers

Et pluie, le soleil

Située à la campagne sur le lieu-dit de Chassignol, à proximité de la ville de Thiers, la Maison Arc-en-Ciel, accueille une cinquantaine d’enfants de familles en difficulté, tous âgés entre 4 et 15 ans. La fonction de l’institution est éducative : il importe de favoriser un « bien être contenant », pour des enfants confrontés à une étape de la vie difficile. La maison véhiculait auprès des habitants et des visiteurs une image parfois négative d’enfermement de part sa triste façade en clôture. Un sentiment d’inquiétude et de pitié mêlés à l’égard de cet établissement pouvait prédominer, alors qu’il s’agit d’un lieu accueillant, chaleureux et ouvert à la vie extérieure. Alerté par ce constat, le personnel de la Maison d’enfants prend conscience de la nécessité d’une action collective afin de rétablir aux yeux de tous, la véritable fonction sociale du lieu. Il apparaît aux commanditaires que le mur d’enceinte, lieu transitionnel entre intérieur et extérieur, doit laisser transparaître la beauté inhérente à leur mission, et non pas susciter le rejet. Compte tenu du déséquilibre des masses architecturales, il faut aussi harmoniser la globalité pour traduire un sentiment d’équilibre et de paix. La Maison Arc-en-Ciel doit concrètement retrouver la dimension de la couleur et de la lumière, symboles de vie, dont son nom porte l’empreinte.

Une collaboration active se met en place entre les différents acteurs du projet pour aboutir à l’adoption d’une mise en couleur des différents bâtiments de l’institution avec le choix d’une gamme chromatique signifiante : les bleus et verts pour évoquer le parc naturel attenant à l’institution, les bruns-rouges à la fonction structurante à l’image d’une reconstruction psychique espérée, les jaunes pour leur chaleur et leur potentiel énergétique. Toutes les nuances de spectre sont représentées. Les enfants seront invités à participer à la réalisation de cette création, métaphore de la transformation intérieure nécessaire à l’être humain pour le reconstruire. La transformation des façades permet également de mettre en relation lieu privé, lieu public et espace environnant à partir du seul plan.

A la suite de la réalisation de l’œuvre, Cécile Bart a souhaité concevoir en lieu et place d’un catalogue, un livre d’artiste pour enfants, premiers usagers de l’œuvre (voir page éditions).

 

 

 

commanditaires : des membres du personnel de la maison d’enfants l’Arc-en-Ciel


soutien :
Fondation de France, ministère de la culture et de la communication au titre de la commande publique (DAP/CNAP, DRAC Auvergne), Les Sœurs de la Charité de Nevers, Département du Puy-de-Dôme, Région Auvergne, ADSEA, comité d’entreprise de l’ADSEA, Procter&Gamble France, Caisse d’épargne d’Auvergne et du Limousin, Peintures minérales Keim

2003

 

crédits photographiques Audrey Marlhens, Catherine Savary