Jeudi 6 et vendredi 7 octobre 2016

Présentation du film et de la publication  
co-éditée par Captures et art3/Valence
Enquête sur le/notre dehors (Valence-le-Haut)
< 2007 – . . . > à la date du 24 avril 2012
Alejandra Riera avec des habitants.e.s
de la « zone sensible »

Centre Pompidou, 6 octobre, 18h30
Espace Khiasma, 7 octobre, 19h

_une-image-de-pensee-collective-beaubourg_vdef

Initié en 2007, dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires de la Fondation de France, par et avec des habitants.e.s d’un quartier périphérique de la ville de Valence (Drôme), l’essai Enquête sur le/notre dehors (Valence-le-Haut) < 2007 – … > à la date du 24 avril 2012 bouleverse les images récurrentes des quartiers en marge des grandes villes et accueille paroles, photographies, pensées et gestes dans leurs rapports complexes à une écriture collective et à l’histoire.

6 octobre, 18h30–22 h, Cinéma 2, Centre Pompidou

Projection du film qui l’accompagne signé «à la date du 15 juillet 2012»  (1h50, couleur, N/B)
Présentation de l’essai : Enquête sur le/notre dehors  à la date du 24 avril 2012.
Séance en présence d’Alejandra Riera, Lotte Arndt, Marine Boulay, Muriel Combes,
Nicolas Romarie 
et Valérie Cudel.

et

7 octobre, 19h, Espace Khiasma, Les Lilas
www.khiasma.net

Projection du film : Enquête sur le/notre dehors  à la date du 15 juillet 2012 (1h50, couleur, N/B) suivie d’une rencontre autour d’une soupe conviviale. Seront présents Alejandra Riera, Muriel Combes, Marine Boulay, Lotte Arndt, Olivier Marboeuf, Florent Perrier, Ahmad Qamouch, Simon Quelleihard, Habiba Zerarga, Rachid Zahri et leurs invités.

Michel Aubry, exposition au Frac Basse-Normandie

La Loge des Fratellini

du 28 novembre 2015 au 7 février 2016

Au rez-de-chaussée, Michel Aubry propose plusieurs formes de costumes tissant des liens entre elles par le prisme de l’esprit chamanique ou de l’esprit communautaire des constructivistes. Des figures fortes de cettte histoire sont à nouveaux convoquées ici comme Joseph Beuys, plus indirectement Alexandre Rodtchenko et le cinéaste constructiviste Dziga Vertov.

« La 72 593e Partie du monde est initialement une des réponses de Michel Aubry à une commande faite dans le cadre du projet de coopération interparcs et de l’action Nouveaux commanditaires initiée par la Fondation de France. Ce projet questionne des artistes sur les traces architecturales des industries, leur devenir patrimonial et la valorisation du savoir-faire.
En réponse à cette commande Michel Aubry réalise La 72 593e Partie du monde. Dans une volonté d’utiliser « le plus justement possible les matériaux et les savoir-faire disponibles » l’artiste crée avec l’aide d’artisans locaux un costume de chamane. Ce costume est destiné à être actionné lors d’une performance chorégraphique de Marianne Baillot.
Pour réaliser ce costume Michel Aubry s’est inspiré en grande partie du film de Dziga Vertov, La Sixième Partie du monde, dans lequel le cinéaste présente comment l’URSS entend organiser la société autour de l’effort collectif de construction. Plus précisément La 72 593e Partie du monde renvoie à une séquence du film tirée du chapitre consacré aux croyances, montrant une chamane originaire de Sibérie, en transe. »

journal de l’exposition – pdf

lien : Frac Basse-Normandie

 

 

La 72 593e Partie du monde, Parc naturel régional du Vercors

Enquête sur le/notre dehors (Valence-le-Haut), projection du film, École des beaux-arts de Valence

Un jour, une habitante du quartier fit l’éloge de l’insaisissable Mistral, du vent, insaisissabilité avec laquelle elle a voulu se confondre… Déployé autour d’un parcours réalisé à pied, la nuit, avec un groupe d’habitants et d’habitantes du quartier de Fontbarlettes et d’ailleurs, en allant du centre ville de Valence vers sa périphérie, ce film fait document et nous parle. Il n’est pas aisé de résumer la richesse de cette expérience de quatre ans durant lesquels des liens se sont tissés pour arriver à rendre une partie de la complexité des voix, des regards et des pensées qui peuplent ce quartier. Le tournage a débuté en 2009 alors que les premières rencontres datent de 2007.
A l’origine, le film de même qu’une publication qui l’accompagne, sont nés d’une demande des habitants et des membres de l’association Le MAT, qui, constatant une stigmatisation du quartier de Fontbarlettes (Valence-le-Haut), ont souhaité – en faisant appel à Alejandra Riera – révéler les manières dont ils se sont approprié cet espace en mutation constante.

Avec Jo Pino, Hafida Kada, Marion Barras, Amel, Mohamad-Ali Osman et leurs enfants, Pierre Pellet, Catherine [Marie-Jeannette] Lacoste, Ahmad Qamouch, Luc Fontaine, Rachid et Rachida Zahri, Michèle et Éliane Blache, Daniel Anquetil, Mohamed Ben Ftima, Meriem Fradj et Xavier Hubert, Mireille Baudron, Alain Nivon, Marc Papillon, Héloïse Bariol, Alejandra Riera, Annie Roman, Valérie Cudel, Marine Boulay.

Le film a été réalisé dans le cadre de l’action Nouveaux commanditaires initiée par la Fondation de France, avec la participation de l’association Le MAT et le soutien du Centre national des arts plastiques (Image/mouvement), la DRAC Rhône-Alpes et la Région Rhône-Alpes.

expositions

”Construire – Les nouveaux commanditaires du logement social”
Contexts, Paris, 23 avril–28 juin 2014


communiqué de presse, avril 2014 – pdf

 

”Traverses”, Sabine Anne Deshais
Les Abattoirs, Toulouse, 28 juin–8 septembre 2012


dossier de présentation, juin 2012 – pdf