Élisabeth Ballet, Parc naturel régional du Pilat

Située dans le Parc naturel régional du Pilat à proximité de Saint-Etienne, la ville de Bourg-Argental a gardé l’empreinte de l’activité textile qui s’y est développée depuis le XVIe siècle. L’ensemble des savoir-faire textiles était présent – moulinage, ourdissage, tissage, tressage, rubanerie – et les bâtiments liés à l’industrie ont fortement structuré le paysage.
Le projet initié par la ville de Bourg-Argental s’inscrit dans la continuité du programme Paysage industriel mené avec quatre Parcs naturels régionaux : Pilat, Monts-d’Ardèche, Lorraine et Vercors. Habitants et élus ont souhaité valoriser ce passé industriel et rendre lisibles les traces conscientes et inconscientes de l’activité textile. Il s’agit d’aborder les vides engendrés par la destruction de certains bâtiments comme les architectures encore existantes.
Élizabeth Ballet a mené dans un premier temps un minutieux travail d’enquête qui lui a permis de réunir des données sur le tissage et la rubanerie, mais aussi de relire spatialement l’histoire industrielle de Bourg-Argental. Les lieux qu’elle identifie ne pouvant être traités (car inaccessibles ou décrétés inondables par l’État), la commune l’invite en 2013 à investir un site central qui fut l’emplacement de l’ancienne usine textile Jarrosson.

L’œuvre proposée par Élizabeth Ballet prend forme dans cet espace et va au-delà, en incluant un parcours qui retrace l’activité textile de la ville ainsi qu’un livre.

1- Le Square Jarrosson : retrouver un usage
Il s’agit en premier lieu d’enlever tout ce qui obstrue le square pour dégager l’espace originel de l’usine et faire apparaître son mur de clôture au fond du jardin et sa grille d’origine. « Le square se transformera alors en agora piétonne, la partie jardin surélevée comme une scène, ouverte sur la ville et visible de tous. »
Au sol, un pavage en granit dessinera un tissage en mouvement sur toute la longueur et se prolongera au-delà de la nationale, suggérant que le tissage faisait travailler toute la ville avec quelque cinquante usines et ateliers consacrés au textile.

2- Le parcours dans la ville
Avec l’aide de M. Michel Linossier, ancien fabricant de peignes à tisse, Élisabeth Ballet a localisé rue par rue une grande partie des ateliers disparus et dessiné une carte qui accompagnera le visiteur dans son parcours de ville. Un signe sur support émaillé servira de repère à chaque emplacement de site.

3- Le livre
Parce qu’une œuvre matérielle ne peut rendre visible un travail de recherche, Élisabeth Ballet a souhaité réaliser un livre pour restituer l’état des lieux du tissage. « Il se divisera en une partie liée au dessin, une autre où il est question d’archives et d’entretiens. En effet, j’ai collecté des carnets d’apprentissages, des albums d’échantillons et des archives plus techniques sur l’activité du tissage. […] Mon objectif est de donner à voir à travers la progression des mots, le métier qui change, à travers des images, ce qui est emblématique des lieux et usages dans une usine témoin.»

commanditaires : la commune de Bourg-Argental, représentée par son maire, Stéphane Heyraud; l’ensemble des adjoints au maire

soutien : Parc naturel régional du Pilat dans le cadre du programme européen LEADER (Fonds européen agricole pour le Développement rural), Fondation de France / Nouveaux commanditaires, Ville de Bourg-Argental

en cours

Élisabeth Ballet, Parc naturel régional des Monts d’Ardèche

Vous me direz

Vous me direz est la réponse d’Élisabeth Ballet à la commande d’élus et d’habitants de l’ancienne Communauté de communes d’Eyrieux-aux-Serres et du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Situé en zone de moyenne montagne, ce territoire compte aujourd’hui plus d’une vingtaine d’ateliers de moulinage et de tissage à l’abandon, et la question de leur requalification est récurrente. La Communauté de communes a souhaité mener une réflexion sur la présence et la transformation de ce paysage industriel, et aborder la dimension sociale du travail textile.

À Saint-Sauveur-de-Montagut, la présence du Moulinon au bord de l’Eyrieux est un témoignage fort de l’histoire ouvrière locale. Élisabeth Ballet crée une «chambre d’écoute» dans l’ancien arrêt de gare, de l’autre côté de la rivière, face à cet ancien moulinage. L’abri, peint en bleu, est précédé d’une terrasse pourvue de deux bancs en béton de couleur brun rouge. À l’intérieur, une fenêtre munie d’un garde‑corps a été percée pour offrir une vue frontale sur le Moulinon. Un montage sonore est diffusé à divers endroits pour multiplier les points d’écoute.

«La distance entre l’usine que nous admirerons et le site proprement dit – écrit l’artiste – permettra de créer une œuvre immatérielle. » Dans la chambre d’écoute, les sons de la rivière, de la turbine et de la nature se mêlent aux bruits des machines et aux voix des protagonistes de l’usine. « Ces voix nous invitent à prendre le temps d’écouter les récits du travail accompli, son prix, ses joies et ses peines, et prendre ainsi connaissance du savoir-faire des ouvriers. »

communiqué de presse, mai 2014 – pdf

commanditaires : des élus et des habitants de l’ancienne Communauté de communes d’Eyrieux-aux-Serres et le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche

soutien : Parc naturel régional des Monts d’Ardèche dans le cadre du programme européen LEADER (Fonds européen agricole pour le Développement rural), Fondation de France, Région Rhône-Alpes, Communauté de communes Privas Centre Ardèche

2014

crédits photographiques Phoebé Meyer